Erik Essousse : Environ 10 partis politiques dans la course

Erik Essousse : Environ 10 partis politiques dans la course
© Mutations : Cyril Marcel Essissima     jeudi 24 septembre 2020 00:00     299

Le directeur général d’Elections Cameroon fait le point au terme de la réception des dossiers de candidature en vue de l’élection des conseillers régionaux.

Le 22 septembre dernier marquait le délai de dépôt des dossiers de candidature en vue de l’élection des conseillers régionaux. Quelle évaluation en faites-vous, sur la base des rapports des différents démembrements d’Elecam répartis à travers le territoire ?
Ce que je peux dire c’est que les opérations se sont très bien effectuées dans les 58 circonscriptions électorales de notre pays. Dans nos agences départementales, nous avons reçu les dossiers de candidature toute la journée jusqu’à minuit. Nous disposons d’assez de temps pour étudier ces documents puisque le conseil électoral examinera ces candidatures avant de donner le rapport final. À ce jour, les premières analyses nous font d’abord voir que toutes les listes aussi bien des chefs traditionnels que des partis politiques ont été déposées. Ce qui nous fait plaisir aussi c’est de constater qu’il y a la compétition. Pour les chefs traditionnels, sur 58 départements, il y aura la compétition, pour le moment et tel que nous voyons, dans 24 départements. Tandis que pour les partis politiques, dans 27 départements. Voilà ce que nous pouvons vous dire pour le moment. C’est donc pour vous dire que la démocratie est en train de jouer pleinement.

Quelle était l’atmosphère des opérations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ?
Tout s’est passé comme d’habitude depuis que ces deux régions sont en conflit. On dépend de la sécurité. Ça veut dire que nous travaillons avec les forces de sécurités, les autorités administratives et les partis politiques et la société civile. Ceci permet que nous soyons en accord pour voir comment acheminer les dossiers et les déposer. Et au moment où je vous parle, tout s’est bien passé dans ces deux régions.

Où en est-on aujourd’hui avec la préparation du matériel électoral ?
La préparation a commencé vous le savez avec la publication le 22 novembre dernier des listes des collèges électoraux, aussi bien les listes de conseillers municipaux et des chefs traditionnels. Donc ceci étant fait, nous avons reçu des dossiers de candidatures pour ceux qui veulent compétir. Maintenant nous allons recevoir ces dossiers d’ici le 27 au plus tard, donc cinq jours après le dépôt pour que la direction générale confie ces dossiers au conseil électoral qui devra les examiner, ensuite publier les résultats de cet examen au plus tard le 07 octobre prochain.

La particularité de cette élection c’est qu’elle met en jeu deux collèges électoraux. Que sait-on aujourd’hui sur leur composition ?
Ce que nous pouvons en dire c’est que pour les conseillers municipaux, nous savons qu’ils sont en principe 10632. Maintenant il y a eu des décès, il y en a qui ont choisi d’être dans le collège des chefs traditionnels ou bien rester dans le collège des conseillers municipaux. Ce qui veut dire de manière générale que que nous sommes autour de 24000 électeurs en attendant d’autres réglages.

C’est la première fois que le Cameroun organise des élections régionales. Cela représente-t-il un défi particulier pour Elecam ?
Le principal défi c’est d’abord la lutte contre le COVID-19 dans laquelle nous sommes engagés dans le monde entier. Nous allons faire en sorte que le 06 décembre, tout se passe dans le respect des mesures de protection. Notamment le port de masques, la présence de thermo flash et tout ce qui permettra que les électeurs votent en toute sécurité. En même temps, comme c’est la première élection pour des conseillers régionaux, Elecam a le souci de réussir cette élection comme il a réussi le scrutin présidentiel d’octobre 2018 et le double scrutin législatif et municipal de février 2020. Donc c’est un grand défi et nos équipes sont mobilisées pour le réussir.

La suite du processus…
La suite du processus maintenant c’est que le conseil électoral va nous apporter ces dossiers d’ici au plus tard dimanche (27 octobre, ndlr). Et ce jour-là d’ailleurs, nous avons une session de plein droit pour recevoir ces dossiers à la direction générale et les transmettre au conseil électoral qui devra les publier 60 jours au moins avant la date du scrutin, c’est-à-dire le 07 octobre. Voilà donc le calendrier qui va se mettre en place et qui va nous permettre de travailler d’arrache pieds comme d’habitude.

En d’autres termes, vous voulez dire qu’aucun dossier n’a encore été reçu par la direction générale d’Elecam jusqu’ici ?
Pas encore. Parce que nos démembrements départementaux ont reçu les dossiers. Maintenant ils vont les rassembler au niveau des délégations régionales, puis ils vont nous les amener d’ici avant la fin de la semaine.

Combien de partis politiques se présentent à ces élections ?
Pour le moment, nous avons environ 10 partis politiques qui se sont lancés dans la course. Il est possible que ce soit plus ou moins, mais quand on fait le compte, on a 10 partis politiques.

La chambre administrative de la Cour suprême examine en appel des requêtes relatives aux élections municipales de février dernier. Qu’adviendra-t-il si elle venait à annuler les résultats de ces élections après la publication des listes des candidats ?
Si la Cour suprême en venait à annuler ces résultats, Elecam s’en tiendra à cette décision finale. Ce sera la loi et nous respectons la loi.

Avez-vous rencontré des difficultés durant le processus ? Si oui, comment avez-vous résolu le problème ?
Le contexte sanitaire actuel nous oblige à respecter les mesures barrières instruites par le gouvernement. C’est dans cet atmosphère que nous évoluons, afin que le 06 décembre prochain, ces mesures soient respectées dans les différents bureaux de vote, ceci pour éviter les problèmes liés au COVID-19.


chat

Proverbe

Si tu vois une chèvre dans le repaire d'un lion, aie peur d'elle.

Une étoile dans le ciel Banen s'est éteinte

Yinindi

Adieu mon étoile

Yinindi

Affaire Nikoul France : Les conclusions du conseil d'administration de YININDI

Yinindi

Nécrologie : BALONG Jean Marie alias « Enfant noir » est décédé aujourd'hui à Ndikiniméki

Yinindi

Peuple Banen

Peuple Banen

La Langue Tunen

La langue parlée par tous les Banen est le Tunen. A cause du caractère dynamique des langues et du mimétisme linguistique des Banen, le Tunen a subi de profondes mutations avec le temps et d...

Peuple Banen

Le Territoire Ou Pays Banen

Le Pays Banen s’étend de Iboutoul du Canton Itound au Nord, à Indik Bendenelim du Canton Indik biakat au Sud. De Indik Toun à l’Ouest, à Indik Bandalemak du Canton Inoubou Sud l’Est. De Indi...

Peuple Banen

Présentation Du Peuple Banen

Selon les ethnologues Ydelette DUGAST et le Révérend Pasteur Dr Pierre MAHEND BITIND notamment, le Banen est le pluriel de MUNEN qui signifie homme noble doté d’une richesse spirituelle, mat...

Localités Banen

Localités Banen

Ndikinimeki

### Maire : Patrice BESSOUBEL **Dirigeants successifs** Période Nom et prénoms 2020 Patrice BESSOUBEL 2013 - 2020 Thomas Dupont OBIEGNI 2007 - 2013 Thomas Dupont OBIEGNI 2002...

content_copy Lire
Localités Banen

Nitoukou

Maire: Mme OSIANEBOM épouse ENANGA **Dirigeants successifs** Période Nom et prénoms 2020 Mme OSIANEBOM ép ENANGA 2013 -2020 Georges BIETEKE 2007 - 2013 Peter William MANDIO 2...

content_copy Lire
Localités Banen

Yingui

**Maire :** LOVET BANENGUI Laurent **Localisation géographique de la commune** YINGUI est une commune du département du NKAM dans la région du Littoral. YINGUI se trouve à 53 Km de Y...

content_copy Lire

Bureau exécutif

BOUMSONG Emmanuel Solhey

Le Président

ONGMOBE Patience

La Trésorière

OTAM Paul

Le Secrétaire général
expand_less